A Limerick Poem

Aujourd’hui, un petit exercice Irlandais…
Eux aussi ont leur version des « Haïkus ». Un « Limerick » est un poème où la première, seconde et cinquième phrases ont la même rime et le même nombre de syllabes, allant de 7 à 10. La troisième et quatrième phrases ont la même rime, différente des autres, et où le nombre de syllabes peut aller de 5 à 7.
Pour plus d’infos, cliquer sur ce lien, pour avoir des exemples de Limericks.
Je me suis essayé à ce jeu et voici ce qui est sorti de mon cerveau…
Bonne lecture !

There was a clever boy called Mick,
An Irish man so sweet and kick,
When I fell in love,
He gave me a dove,
For our wedding in Limerick.

Publicités

Into the Pensieve

Encore un long et compliqué poème…
Toujours une inspiration du côté d’Arthur Rimbaud avec : « Le Bateau ivre. »
Avec encore ce système et ce thème de « portes » comme dans ma poésie : « Juste toi et moi. »
Et surtout, le titre comme certaines références, sont un hommage à « Harry Potter. »
(Tous les liens sont dans les noms, cliquez dessus pour tout voir.)
Pour terminer, je n’ai pas eu de Bêta ou de corrections, alors désolé pour les fautes restantes.
(J’ai mis trois jours pour l’écrire…)  

Bonne lecture…

Je marche accompagnée, dans ce lugubre long couloir,
Mains dans la main, lui et moi arrivons à destination,
Mes doigts tremblent et se posent enfin sur la porte noire,
Je ne puis point l’ouvrir, puisque ce n’est pas ma décision.

Et de surcroît, je redoute de découvrir et de passer l’arcade,
Pourtant, je ne détiens pas les clefs de mes propres serrures,
Et quand le battant se referme, tout mon esprit se dégrade,
Le froid me glace, la porte claque et tout devient obscur…

Le temps se retourne dans les maelstroms des souvenirs,
Et dès lors mon âme reprend le corps de mes douze ans,
Mes peines et mes angoisses commencent ainsi à ressurgir,
Dévorant tout, lorsque j’ai obéis à ce professeur malveillant.

Et dans cette salle, mes doigts maculés tiennent la clef dorée,
Quand la porte suivante s’ouvre sur une immensité bleu nuit,
Nous engloutissant dans les clapotements furieux des marées,
Rejoignant les autres noyés et priant la Mort de stopper l’agonie.

Les flots roulant au loin et quand le Ferry heurte les vagues,
Sous l’horizon de l’eau, l’élément des monstres démesurés,
Allongée, dormant sur le sol, mon corps et mon esprit divaguent,
Flottant comme une revenante vers cette maudite Île de Beauté.

La mer conduit dans la pièce suivante, quand mes yeux s’ouvrent,
Tout est vide, sans bruit et je bascule lentement d’avant en arrière,
Malgré la poignée qui tourne, l’obscurité de nouveau me recouvre,
Dans les ténèbres, leurs voix criardes arrivent ainsi à me faire taire.

Ô, mon amour ! Condamne donc et clos cette porte à doubles tours,
Je sais pourtant que la suivante est malproprement pire que celle-ci,
Ad Lugdunum, mon cœur, l’aube exaltée est mon unique secours,
Le rouge des roses entache le blanc, évade moi de cet abject lit.

La tempête malsaine traverse le battant d’un nouvel endroit,
Et les ressacs me conduisent dans une coursive familière,
Bruyante de rires et d’un seul cri, j’ai du sang sur mes doigts,
Mon amour, depuis lors, je réprouve tous les anniversaires.

La porte se referme et une autre nous emmène au Q.G,
Dans la demeure pas encore hantée, j’écoute qui crépite,
Brûle petit feu, brûle petit feu, avant de me consumer,
Cheveux et vêtement, les flammes s’attisent trop vite.

La lueur orangée de la porte suivante m’emmène ailleurs,
Illuminant la radieuse euphorie d’un affectueux canin,
Sous le ciel gris, le rapide fourgon me paralyse de peur,
Foudroyant le canidé en ce sombre et pluvieux matin.

Je t’ai suivi, mon compagnon, jusqu’à l’arcade émeraude,
Dans un jeune corps, jouant dans une aire pour enfants,
Pourtant le long de ma joue, coule une larme chaude,
Je ferme les yeux, rien ne revient, le trou noir, le néant.

La fumée noire nous emmène au bord d’un jardin ennemi,
Dors avec moi, dans le placard de cette étrange caravane,
Nulles terreurs ou cauchemars ne me sortent de ce cagibi,
Juste une araignée, devant mes yeux, descend de sa liane.

Grá mo chroí, tu crois que ton histoire est similaire,
Sans songer à mal que la dernière fiole de ma pensine,
Me ferais que trop pleurer pour ce fameux mois d’hiver,
Que tu appelles celui des orphelins ou des orphelines…

Retournons dans le couloir, à la Salle sur Demande,
Loin des souvenirs, du Monde, les aubes sont mortes
J’écoute notre thème et en me penchant, je te quémande,
En te chuchotant à l’oreille : « N’ouvre plus les portes. »