Motel California

Je marche seule sur la route pavée,
Aussi loin que ma jambe le permet,
Rejoignant assurément ma voiture,
Me voilà repartie pour une aventure.
À 5h du matin, c’est encore la nuit,
Et j’entends toujours tomber la pluie,
Même si Baby est une vieille relique,
Je partirai encore rejoindre ma clique.
Je conduis seule sur la longue route,
Je suis aussi seule face à mes doutes,
Le pouvoir du symbole de la chose,
Je suis forcément quelque chose…
La faim me vrille vraiment l’estomac,
Et je lis au loin « Motel California »,
Après 16h de conduite, je fatigue,
Pourtant, ce lieu étrange m’intrigue.
Sur le parking, Baby tombe en panne,
Alors j’ouvre le capot avec ma canne,
Je n’aurai pas assez de ruban adhésif,
Pour re-réparer tous ces dispositifs.
Mon 30ème café me soulève le cœur,
Alors je prends un truc au distributeur,
Avant de rejoindre ma chambre d’hôtel,
Pour qu’enfin, Morphée me rappelle…
Je vois devant moi mon Axis Mundi,
Mais où se trouve donc mon mari ?
Maintenant, les cauchemars m’emportent,
Quand une porte, n’est-elle pas une porte ?

Hotel closed for business with a dirty broken sign in Utah USA