The Darkness comes…

Ce soir, ce sera la nuit de Samhain,
En sortiront des monstres par centaine,
Fais attention à toi car à Halloween,
Les Gremlins sortent de la piscine,
C’est une longue journée terrifiante,
Où tu seras le repas de la Plante.
Tu déambules sereine sous la lune,
Toute joyeuse dans ton costume,
Mais cette nuit les démons sortent,
Pour survivre, fais donc la morte.
Pour ne pas finir chez Sweeney Todd,
Tu devrais suivre les bonnes méthodes,
L’arbalète sera ta nouvelle arme,
Car Daryl, personne ne le désarme,
Mais si vraiment, tu crèves de peur,
Il te faudra alors appeler le Docteur.
Et si la Reine Rouge, tu entends,
Alors tu es dans le Hive à présent,
Bloqué par la « Umbrella Corporation »,
Désolé, il y a des zombies par millions.
Dans le Monde se répand le virus toxique,
Tu es enfermé dans un hôpital psychiatrique,
Si tu vois un clown au « Freak Show »,
Tu devrais courir pour sauver ta peau,
Sache qu’il n’y aura jamais pire endroit,
Que là où se trouvera la fameuse Karla,
Bien que tu auras beaucoup plus de mal,
À sortir des griffes de Lecter Hannibal,
Sauf si tu es ami avec Will Graham,
Mais désolé, il est à moi, je le réclame.
Prends gare aussi aux contes des Grimm,
Pour ne pas finir comme leurs victimes,
Ne crois-tu pas ce que je viens de dévoiler ?
Alors va donc voir un peu ce qu’est Gallifrey
Comprendre ce dont les Daleks sont capables,
Bien pire que les histoires de notre Diable.
Oh, je n’ai pas évoqué la marque de Caïn,
Pouvant tuer les Leviathans d’une seule main,
Prends garde à toi, préserves ton pauvre cœur,
Ou bien tu finiras comme un des Winchester…
Bref, l’amie, si tu veux passer cet Halloween,
Colles les basques à cet illuminé de Constantine,
Ou même à Dexter, si tu es trop hâtive,
Dans tous les cas, les ténèbres arrivent…

The Darness comes...

Ensemble

C’était un jeudi, quand nous avons ouvert les yeux,
Sur le Monde, sur les Humains, et même sur Dieu,
Au final, peu importe notre propre religion,
Tant qu’elle nous éloigne de nos addictions.
Alors, que faisons-nous tous ensemble, là ?
Sommes-nous les chasseurs ou les proies ?
Pourtant, même avec tes dons de voyance,
Ce combat est finalement perdu d’avance.
Car nos cinq ennemis veulent qu’on échoue,
Notre groupe n’est plus Humains après tout.
Que les miroirs soient les reflets des âmes,
Rien ne peut prévoir le dernier des drames,
Nous ne pouvons pas réécrire les prophéties,
Mais nous devons lutter pour notre survie.
Sur Terre, marche Lucifer en personne,
Et aux Quatre Cavaliers, il ordonne,
Pour provoquer l’Apocalypse sur Terre,
Alors avec nos ailes, faisons la guerre.
Quand le Mal arrive, Dieu se réveille,
Ici-bas, enfin les Anges s’éveillent,
Si nous te perdons à cause de la Mort,
Nous te ressusciterons grâce à nos efforts,
Avec le Diable, nous ferons un pacte,
Mais rien ne gardera ton âme intacte,
Hello, hello, à quel point tu vas mal ?
Guide-nous encore, je resterai loyale.
Les 66 sceaux seront finalement brisés,
Plus besoin d’aucun pauvre messager.
Dans la ville, nous avons un problème,
Le mien est juste de dire que j’aime,
Alors je t’écoute sur « Angel Radio »,
Là où tout le monde croit tes mots.
Tout est dans le livre de la Révélation,
Et ce sera peut-être votre bénédiction,
Car de Dieu, nous avons un témoignage,
Et pour l’Humanité, un dernier message…

Ensemble

Mad Man

Il était un homme étrange a mille ans d’âge,
Changeant de personnalité comme de visage,
Un homme, toujours perdu dans le temps,
Qui est, de son espèce, le seul survivant.
Un homme voyageant parmi les galaxies,
Avec des filles différentes pour compagnie,
Mais ce sont ses amis qu’il a souvent perdus,
Alors il croit que courir est sa seule issue.
Il s’égare alors dans des mondes parallèles,
Comprenant pourtant les paradoxes temporels.
Il est le feu, la glace, le passé, futur et présent,
Il a vu la fin, le début et le commencement,
Mais qui est cet homme étrange et magnifique ?
Qui nourrit mes propos si dithyrambiques ?
En réalité, il n’a pas réellement de prénom,
Il se l’est donné quand il n’était qu’un garçon.
Cet homme-là, déteste prendre les armes,
Pour gagner, il use seulement de charme.
Si les avions s’arrêtent, que le silence tombe,
Les cubes débarquent, les ténèbres retombent,
Au coin de votre œil, les monstres arrivent,
Les Anges pleurent, les tambours s’activent,
C’est maintenant l’heure de devoir prier,
L’homme étrange vient ici, alors écoutez,
Écrivez sur le plus vieux mur du Monde,
Prévenir l’arrivée des créatures immondes,
Sa musique va être jouée une dernière fois,
Il sera toujours présent pour un ultime combat.
Lui qui voulait seulement que roux soient ses cheveux,
Mais ce n’est qu’un homme fou dans une boîte bleue.