Happy Mother’s Day

Aujourd’hui, à l’occasion de ta fête,
Je t’écris ces quelques phrases,
Grâce à toi, je ne suis plus une fillette,
Même si, avouons, il me manque une case.
Tu m’as vu grandir durant ces années,
Mais toi, tu n’as pas pris une ride,
Tu restes d’une superbe beauté,
Et notre amour pour toi est limpide.
Nous sommes le trio infernal,
La maman, la petite sœur et moi,
Une bande de grande morfales,
Nous sommes les Reines, sans le Roi.
En ce jour de la fête des mamans,
Je t’offre donc ces petits mots,
Bien mieux qu’un beau diamant,
Peut-être le plus joli des cadeaux.
Sandra et moi te souhaitons,
La plus belle des journées,
Et parce que nous t’aimons,
Tes peines, nous pouvons apaiser.
Tu restes notre dernier parent,
Nous devons donc te chérir,
Te dire qu’on t’aime vraiment,
Et notre amour, on va t’offrir.
Alors cette journée t’appartient,
Pour toi, mon petit poème,
Rendez-vous pour nos sms quotidiens,
Sœur et moi te disons qu’on t’aime.

Publicités

C’est le moment

Vous n’avez rien compris, c’est la fin,
Les gens crient et hurlent ensemble,
Le Monde est, pour de bon, en déclin,
Et maintenant, la terre tremble.
Les Anges tombent, les Démons sortent,
Les Héros ont bien trop souffert,
Regardez, la Mort vous emporte,
Et c’est l’Enfer qui est ouvert.
Nos ailes sont bien trop brûlées,
Et plus personne n’a de pouvoirs,
Nous ne pouvons vous aider,
Ici commence votre cauchemar.
Vous vouliez devenir des légendes,
Sur vous, nous avions tous misé
Mais c’est Père aux commandes,
Et vous voilà tous en danger.
C’est le moment de faire un abri,
Nous vous aimions vraiment les gars,
Il fallait juste préserver la vie,
C’est dommage, mais c’est comme ça.
Effacé et tout recommencé à zéro,
À la descendance, nous allons transmettre,
La Terre redeviendra le berceau,
C’est le moment de disparaître.

Du chaos naît alors la lumière,
Pour Père, c’est une victoire,
Juste la paix et plus de guerres,
Vous êtes notre dernier espoir.
Tout ce passé n’était pas prévu,
Mais, les anges sont en ascension,
Il n’y aura plus aucun déchu,
Vole juste comme un papillon.
Sur Terre, comme des survivants,
Nous serons là pour vous aider,
Tout recommencer, c’est le moment,
Éclairez l’obscurité.

Juillet 2009 (410)

Personne

Dans ce Monde où chacun marche,
Je ne me sens pas à ma place,
Et après la mort des patriarches,
Je deviens bien peu loquace.

Je connais les sentiments par cœur,
Sans savoir comment les exprimer,
Je me noie dans cette grande peur,
Toutes les nuits depuis des années.

Dans ce couloir mes pas résonnent,
Je suis personne.
Sur cette Terre que j’affectionne,
Je suis personne.
Rien n’est facile sans ego,
Et le mien me fait défaut,
Me rendant la vie monotone,
Je suis personne.

Jalousie et colère se mélangent,
M’empêchant encore de respirer,
Non, je ne suis pas un ange,
Juste un corps trop effacé.

Sur ma chaise, sans couronne,
Je suis personne.
Quand mes intentions sont bonnes,
Je suis encore personne.
Rien n’est possible sans ego,
Son absence est un fardeau,
Je suis personne.

Je m’évade grâce à mon esprit,
Me créant un monde meilleur,
Dans lequel je suis à l’abri,
En revenir est une erreur.

Seule parmi les autres championnes,
Je suis personne.
Jamais les gens ne donnent,
Je suis personne.
Rien n’arrive sans ego,
J’atteins le plus bas niveau,
Je suis personne.

001

Damnation

Omnia vincit amor, dans cet asile
Comme deux pauvres corps égarés,
Qui connaissent leurs Évangiles,
Mais qui sont hélas damnés.
Odi et amo, seul contre le Monde,
Pourchassant le Mal et les ténèbres,
Moi qui n’étais qu’une vagabonde,
Je m’unis à ces noces funèbres.
Des prénoms, je n’en ai aucun,
Alors que toi, tu en as deux,
D’ailleurs, redouté par certain,
Donne-moi celui que tu veux.
Dum spiro, spero, grâce à toi
Et les tatouages sur nos corps
Qui renvoient les Démons en bas,
Lorsque tu utilises tes sorts.
Un Ange veille sur ton âme,
Lors de nos combats épiques,
Que le Diable d’ailleurs réclame,
Malgré tes protections magiques.
Deus solus me judicabit, c’est efficace,
Dans notre QG, comme deux bannis,
Espérons que les souvenirs s’effacent,
En buvant nos verres de Whisky.
Prenons de nouveau les armes,
Toi, moi et ton énorme ego,
Qui peut faire ton charme,
Et redevenir enfin des héros.
Dans les profondeurs des manoirs,
Contre le mal et les abominations,
Luttons pour le bien et la gloire,
Et pour éviter notre damnation.

Damnation

Omnia vincit amor : L’amour triomphe de tout. 
Odi et amo : Je hais et j’aime. 
Dum spiro, spero : Tant que je respire, j’espère. 
Deus solus me judicabit : Seul Dieu peut juger